Fils de pub

Publié le par T

bando-pubs.jpg
Que vous l'aimiez ou non la pub est partout. Elle fait partie de notre culture occidentale. Pour notre plus grand malheur elle ne se contente pas d'être un "motif" en arrière-plan, mais agit concrètement sur nos vies en conditionnant nos goûts, nos habitudes et même nos valeurs.
Connaissez-vous l’histoire de la grenouille au bain-marie? Il s’agit d’une expérience: Jetez une grenouille dans l’eau bouillante et d’un bond elle s’échappe. Mettez là dans l’eau froide et faites lentement chauffer le tout: la grenouille ne réagira pas et finira ébouillantée. Bon je ne sais pas s’il s’agit d’une expérience réelle et à vrai dire je ne la tenterai pas. Réelle ou non cette histoire est tout de même symboliquement intéressante: Une personne confrontée brusquement à une situation grave, choquante, a de fortes chances de se rebeller. Mais il suffit d’un crescendo lent et constant pour que personne ne se rende compte du danger.
Un siècle de lent endoctrinement publicitaire. Douce torpeur. 
La température est cependant montée d'un cran depuis l'arrivée d'internet. Souvenez-vous, au tout début, il n’y a pas si longtemps de cela, les réclames se limitaient aux pages d’accueils. Et puis les pop-up sont arrivés. Petit à petit les méthodes ont changé: Les publicités ont envahi les sites de musiques ou de vidéos où il est désormais  impossible d’écouter ou de voir sans passer par l’étape réclame. Les pubs dépliantes, à l’origine opaques, de taille limitée et dotées d’une petite croix nous laissant l’illusion de liberté, sont devenues translucides, énormes et sans porte de sortie! Récemment j’en plaisantais en imaginant ce processus poussé à l’extrême: Vous débutez votre journée, allumez votre ordinateur et ne pouvez avoir accès au bureau sans avoir préalablement visionné un peu de réclame.  A l’allure ou les choses progressent ce scénario absurde prend de la consistance. Au-delà de la question de nos libertés, ne sommes-nous pas capables de voir qu'il s'agit là de la pire méthode de médiocrisation que la culture humaine ait connu? Y a-t-il une limite à notre tolérance? Sauterons-nous hors de la casserole avant d’être ébouillantés ("lobotomisés" serait le mot exact)?...

La pub n’a de limite que celle de la technologie. Projetons-nous donc dans l’avenir. Journée classique d’un employé lambda en 2019:

7h30, Icare est prévenu par son réveil-matin que son café est prêt: « café Nalongo 100% Arabica » se doit d’ajouter d’une voix nasillarde la petite boite (grâce à la domotique toute l’informatique de la maison est interconnecté: réveil,cafetière,frigo,télé,etc).  Notre homme prend  toujours son Nalongo avec un nuage de lait. Le frigo, soucieux du bien-être de son propriétaire, signale qu’il n’y en a bientôt plus. Une jolie pub pour le lait  Meumeu, « le lait qu’il est bon pour ses os » apparaît sur la surface du frigo (recouvert d’un film de papier électronique). La victime n’en a cure, étant déjà suffisamment occupée à lire, pour se réveiller, les pubs défilant sur l’emballage du café…
8h20, dans les transport en commun: Une borne du métro a reconnu Icare, via la puce RFID implantée dans son corps. Puce qui lui permet de passer sans présenter de ticket, mais aussi d’être alpagué par un mur publicitaire (connaissant la vie privée de chaque citoyen car connecté au réseau et à sa base de données concernant nos achats, nos goûts, etc) l’invitant à acheter le Monde, car il y a un supplément sport consacré au curling (et notre homme adoooore le curling).
8h42, arrivée au bureau : Son ordinateur le reconnaît et s’allume. Mais avant de pouvoir travailler une page de réclame s’impose…
Midi:  l'heure d’aller manger un sandwich entre collègues. Dans la rue c’est une véritable cacophonie: les passants sont interpellés par des affiches de marques concurrentes sur leur produit préféré: « Salut Icare, chez Paradidusandouich vous trouverez un spécial bacon qui… » slogan interrompu par l’annonceur adverse  « Ne vous laissez pas faire Icare, chez nous au Cascroutpachèr vous trouverez l’extra-Bacon avec ses huit tranches appétissantes pour seulement 35 UM !!! » (UM étant l’Universal Money, la devise internationale. Et oui ! Nouvel ordre mondial oblige : un seul gouvernement, une seule monnaie). Mais notre ami préfère sa boulangerie traditionnelle où un robot, ayant anticipé son arrivée, lui tend le tout déjà emballé (l’argent étant directement débité via sa puce rfid)…
15h35,
de retour au boulot: Icare, assez vieux jeu je dois le dire, utilise toujours, pour ses notes, la bonne vieille méthode stylo/papier (c’est son côté vintage). Problème: l’engin ne marche plus. Immédiatement une fenêtre s’ouvre sur son écran, proposant d’envoyer une demande au service fournitures. Fenêtre vite masquée par plusieurs encarts publicitaires se disputant l’attention de notre homme : Stylo Mt Blanc, Bic, Rotring, tout y passe.
18h53, fin de journée: Grève éclair des transports en commun (Apparemment en 2019 la France reste la France), Son mobile tactile 8g lui propose de contacter Gilles, son collègue, qui n’habite pas très loin de chez lui, possède une voiture et n’est pas encore parti du boulot. Icare valide, le mobile appelle donc le collège. « Allo Gilles, est-ce que tu pourrais me ramener chez moi y’a une grève des tcf » réponse de l’intéressé : « attends je t’entends mal », ce qui est compréhensible vu les quatre robots-bornes-publicitaires entourant Icare et cherchant à le convaincre que leurs taxis sont meilleurs que la concurrence…
19h16, en voiture: Une pub Total apparaît sur le pare brise (en opacité réduite évidemment) car Gilles est bientôt à sec: « Total est leader en sables bitumineux ». Message interrompu par un clip de BP vantant son « extraction des sables bitumineux respectueuse des bébés phoques », jolie musique, voix douce, petite famille de phoques holographiques heureuse et reconnaissante. Gilles, la larme à l'oeil, est convaincu: un plan s’affiche donc sur le pare brise...
20h01: Home sweet home. Après un bon nettoyage à sec (une douche ? Bien sûr que non, l’eau est devenue trop précieuse) Icare contacte Rachid au sujet de leur partie de Volley de samedi. Le mur s’éclaire soudain de teintes multicolores : le FuckingGreatVolleyclub vient d’ouvrir ses portes, sur le clip apparaît un vidéo-montage d’Icare suant de bonheur dans ce nouveau temple sportif : il se trouve assez beau et décide d’en toucher deux mots à son ami…
20h15. L’heure du repas approche. C’est un peu le bouquet final, car les murs entiers (encre électronique) chatoient d’annonces plus alléchantes les unes que les autres. Notre bonhomme en célibataire endurci n’es pas très cuisine, il finit donc par valider un poulet Shop Suey de chez Bôlderiminute.
20h53: Icare en  Geek des années 2000 décide regarder un bon vieux Avatar  « Halala, qu’elle était cheap la 3D à l’époque ». Il ne va pas jusqu’au bout (il connait le film par cœur). Après 45 minutes de film et 9 pages de pub il décide donc d’aller se faire une petite session Facebook. Plus besoin d’écran, ni de clavier : Icare est tranquillement installé sur son lit, les murs de sa chambre couverts de fenêtres facebook. De temps en temps un nuage publicitaire Full 360 emplit la pièce: Impossible de le masquer, il faut attendre,  mais il a l’habitude et ne se formalise plus.
23h10: Icare n’a pas sommeil, un écran lui recommande les somnifères de chez  Dormieu, mais il est soucieux et non pas insomniaque:
« Où vais-je trouver un nouveau stylo? C’est devenu tellement cher ». L’intelligence artificielle de la maison a bien deviné ce qui le tracasse: De nouvelles pub Bic, Rollerprint (etc) envahissent la pièce. «NUIT» hurle Icare (soucieux de ne pas passer pour un zombie le lendemain au boulot).  Il finit par s’endormir au bout d’une heure de temps, d’un sommeil réparateur bercé de jingles publicitaires en infrasons….

Bien sûr c’est de la science fiction tout ça… Mais pour combien de temps encore?

« Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. »  Patrick Le Lay (ancien pdg de TF1)

« Les gens, une fois leurs états mentaux manipulés, sont persuadés que leur engagement a été libre. » A Kahn



à voir: Casseurs de pub - Observatoire indépendant de la publicité - marre de la pub

Commenter cet article