Big Brother is fun

Publié le par T

big brother is fun

"Big brother" est entré dans le langage courant. Invoqué fréquemment  le grand-frère a perdu son aura et deviendrait presque sympathique avec sa moustache à la Scatman. Simple lassitude où conséquence d'une manipulation délibérée? A l'heure ou la France, l'Europe, l'occident, semblent sur le point de passer du côté obscur il est plus que temps de se poser la question.


Dire qu'Orwell était visionnaire, quel lieu commun! Il est pourtant bon de le rappeler, surtout parce que l'idée s'est banalisée. "1984" fut écrit en 1948 par George Orwell, de son vrai nom Eric Arthur Blair, qui y décrit une société totalitaire ultra-sécuritaire basée sur la manipulation des masses et dirigée par l'omniscient Big Brother. Orwell a juste été un peu rapide dans ses prédictions, mais il ne s'est pas trompé de beaucoup: Les dérives sécuritaires post 11 septembre aux Etats-Unis marquent une étape décisive vers un monde à la 1984 et depuis peu l'Europe semble suivre le même chemin. Bien sûr on est loin de la situation extrême du roman, mais il est intéressant et salutaire de rester attentif aux signes avant-coureurs. J'évoquais dans un précédent article l'histoire de la grenouille ébouillantée. Permettez-moi de m'autoplagier pour l'intérêt de cette réflexion: "Jetez une grenouille dans l’eau bouillante et d’un bond elle s’échappe. Mettez là dans l’eau froide et faites lentement chauffer le tout: la grenouille ne réagira pas et finira ébouillantée"... Nous sommes tous des petits batraciens et chaque degré de plus dans la casserole est une étape franchie dans la politique sécuritaire. Pas besoin donc d'un basculement caricatural dans un régime totalitaire, il suffit d'y aller progressivement pour que personne ne voit rien venir.


Il est évident qu'une telle politique, pour être acceptée par la population, doit être assortie d'un propos à la fois rassurant et effrayant: "nous sommes là pour vous protéger..."[gratitude], "...des méchants délinquants/terroristes/pédophiles..."[peur], "...nous allons donc mettre en oeuvre des mesures visant à..." [soulagement+validation massive]. Qui s'y oppose défend donc les délinquants, terroristes et pédophiles > cqfd. Cette technique est assez grossière, mais elle a largement fait ses preuves. Rappelez-vous cette époque où en allumant votre télévision vous découvriez une France en guerre civile, à feu et à sang, aux mains des délinquants, des bandits, des extrémistes, des vandales. Etait-ce exagéré? A qui a servi cette campagne d"information"? (Il faut bien sûr lutter contre le crime, mais pas besoin de tomber dans la démesure)...
Cette technique n'est pas la seule utilisée, la culture est une voie tout aussi intéressante pour faire accepter l'inacceptable; la télévision étant le cheval de Troie de la manipulation (mince un cliché. Mais ne m'en veuillez pas, j'en ai besoin pour la suite de mon article. Et que celui qui n'a jamais prononcé de banalités me jette la zapette).

Une société sécuritaire nécessite bien évidemment une augmentation significative des fonctionnaires chargés d'arrêter, de surveiller, de rechercher, etc. Comment ne pas effrayer le citoyen par un tel déploiement de forces de police/gendarmerie/crs? Et bien il suffit de le noyer sous une pléthore de films et de séries policières. Commençons donc par habituer les gens à cette présence fictive avant de la déployer dans le monde réel (la télévision a acquis une importance démesurée dans beaucoup de foyers, si bien qu'elle en devient parfois le point central. Ce qui fait naître chez certains un besoin viscéral de voir le monde extérieur s'accorder à ce qu'ils voient à la télé et non l'inverse). Habitant dans une grande ville je suis toujours stupéfait par le nombre de voitures/agents de police/crs/bac que je croise en 10 minutes en allant chercher ma baguette. Et je ne parle même pas de la vidéosurveillance! J'en discute autour de moi mais cela ne semble pas choquer grand monde. Merci Julie Lescaut! Pourtant, je n'ai pas l'impression de vivre à Johannesburg, mais bon, si c'est pour ma sécurité alors tout va bien.
Les effectifs humains sont indispensables à l'avènement d'une société à la 84, mais l'homme est faible et corruptible, il lui faut donc un allié infaillible: la technologie (qui à terme, dans ce cas précis, a toutes les chances de remplacer l'homme; mais c'est un autre problème). Caméras, reconnaissance faciale, fichage génétique, surveillance électronique, drônes, puces rfid, etc. Tout un tas de gadgets devront être utilisés pour surveiller et maitriser la population. Films et séries nous habituent à la présence de ces technologies, mais plus encore il faut rendre l'idée même de surveillance acceptable, nécessaire et pourquoi pas "coool".

"Big brother? heuu, vous voulez dire l'émission?". Et oui, qui ne se souvient pas de ce programme diffusé en 1999 aux Pays-bas. Une décennie de téléréalité s'est écoulée depuis; le concept est maintenant bien en place et fait partie de notre culture (beurk). Du point de vue des chaînes de télé son aspect le plus intéressant est son côté déclinable à l'infini: rassemblez une tripotée d'abrutis et filmez les 24h/24, la variable ne se situant qu'au niveau du "contexte" (sur une île déserte, dans une ferme, dans une fausse caserne militaire, dans un loft, dans un château, etc). Désormais dans l'esprit de beaucoup de monde l'expression "big brother" est directement associée à ces émissions de téléréalité perdant ainsi sa force de persuasion; surtout concernant les plus jeunes, nés dans les années 90, pour qui être filmé 24/24 est normal et même Cooool. Désireux de ressembler à leurs modèles/héros (beurk-bis) ils seront ravis de vivre sous l'oeil d'une caméra, disloquant ainsi le concept de "vie privée" (portables 3g et internet confirment cette tendance). Voyez-vous le danger venir?...
Maintenant, dans toute discussion sur le sujet je me retrouve (pardonnez-moi l'expression) comme un con avec mon "big brother" qui ne fait plus peur à personne...

Cela a-t-il été planifié ou a-t-on tout simplement laissé faire par intérêt? Que pensez-vous des médias: Sont-ils indépendants; servent-ils des causes privées voire l'Etat? L'explosion de ces programmes de téléréalité a-t-elle eu comme but (autre que le profit) de nous préparer en douceur à l'arrivée d'une société de surveillance généralisée? Ce dernier point est bien sûr une simple hypothèse; mais que je trouve, pour ma part, parfaitement plausible...

Prochaine "terrain" à contrôler: Internet (car repère de pirates et autres pédo-terroristes-scientologues qui menacent nos enfants et la civilisation)... Et cela a déjà commencé: Hadopi, Loppsi, ACTA,... Soyez vigilants.
Voir aussi EDVIRSP, périclès, hérisson, etc... J'y reviendrai sans doute dans d'autres articles.

Commenter cet article

YVONLABAUDRUCHE 13/02/2010 21:45


Accroché par votre dernier article intitulé fort bien écrit mais qui laissait planer un doute sur la neutralité de son rédacteur, j'ai d'abord réagi trop vite certainement en apportant un
commentaire et puis je me suis intéressé à votre blog et j'ai été pleinement rassuré et même enthousiasmé par le fait qu'il existe des gens qui ne participent pas à l'abrutissement général et qui
de plus argumentent avec talent leurs récriminations.....


T 19/02/2010 11:54


Je vous remercie. Ca m'encourage à persévérer  :-)


Youce 12/02/2010 08:03


J'apprécie cet article, il est bien amené. Maintenant, je ne partage pas toutes les idées avancées afin d'étayer ton argumentaire comme le fait que l'on nous habitue par le biais de la télévision à
la présence policière. Si l'on était à ce point habitué par la présence policière comment expliquer que nombreuses personnes même innocentes se sentent mal a l'aise, visées quand elles sont
entourées de policier.
Je pense (cela n'est que mon avis) que la vision que les gens ont des policiers est diamétralement opposé à l'image des policiers dans les séries télé (encore plus flagrant avec les séries
françaises).
J'apprécie le parallèle pas évident que tu tentes d’établir entre téléréalité et explosion de la télésurveillance. Ça me ferait chier de savoir qu'on me prenne pour un batracien. C'est pourquoi
j'apprécie mais je ne défends pas ton idée parce qu'on peut aussi tout simplement penser que l'émergence de la téléréalité est tout simplement due à la curiosité des gens (l'œil qui regarde à
travers le trou de la serrure) et que ce format s’essouffle. Petit rappel historique, mais qui a toute son importance et qui va peut être remettre en cause le lien que tu tentes de faire entre post
11 septembre et basculement vers les émissions de la télé réalité, c'est que l'âge d'or de la téléréalité en France avec Loft Story et dans l'Europe avec Big Brother était antérieur à la chute des
tours.
Cependant, pour abonder dans ton sens, il est vrai que le 21ème siècle est et sera celui du paraitre (webcam, facebook, msn, skype, Iphone...), l'époque du : "pour vivre heureux vivons caché"
semble sinon révolue en tout cas bien loin. Il n’y a plus une soirée ou tu ne te fais pas photographier pour apparaitre en bonne place, le lendemain, sur le site de la boite. La tu as raison, quoi
de plus simple à vendre à des gens habitués à se montrer sans cesse que de la télésurveillance ?


T 12/02/2010 12:41



Merci pour ton commentaire.


 


Tout d’abord, concernant la présence policière : Que l’on ait tenté de nous y habituer est une chose, qu’on y soit parvenu en est une autre. La psychologie humaine est complexe et personne
ne réagit vraiment de la même façon. Ainsi comme tu le dis nombreux sont ceux qui se sentent mal à l’aise en présence des forces de l’ordre, d’autant plus qu’en ce moment l’actualité ne joue pas
en la faveur d’un climat de confiance. Mais que les gens n’y adhèrent pas en masse, que cela ne fonctionne que partiellement, ne contredit en rien l’idée (qui n’est qu’une hypothèse je le
rappelle) qu’il s’agit d’une volonté et non d’un hasard.


 


Je n’ai jamais établi aucun lien entre téléréalité et les attentats du WTC, mon imagination n’est pas aussi débridée que tu le penses, héhéhé. J’évoquais cet événement dans le but de pointer du
doigt des mesures comme le Patriot act. Les attentats n’étaient, et j’en suis persuadé, qu’un prétexte à l’établissement de telles mesures liberticides. La politique sécuritaire est une tendance
générale. Le gouvernement Bush a surfé sur la vague de peur post 11 sept, l’Europe a surfé sur la vague « voyeurisme » comme tu le dis. Qu’il n’y ait aucun rapport de cause à effet
entre les deux ne nous empêche pas de constater une tendance globale.


 


Si tu as lu 84 tu te souviens sans doutes de la Novlangue, dont le principe est de changer les mots sans changer la réalité, histoire de rendre acceptable l’inacceptable… Ainsi notre bien aimé
ministre Brice Hortefeux désire remplacer dans tous les textes de lois « vidéosurveillance » par « vidéoprotection ». Si c’est pas un bel exemple de Novlangue
ça!


 


Affaire à suivre…


 



Amal 11/02/2010 12:45


Quelques jours plus tard....


http://veilleur.blog.lemonde.fr/2010/02/11/loppsi-le-gouvernement-veut-pouvoir-surveiller-les-ordinateurs/#xtor=RSS-32280322


Il y a vraiment de quoi s'inquieter....


T 11/02/2010 16:55


La LOPPSI est le sujet brûlant du moment et effectivement il y a de quoi s'inquiéter.
En parler autour de soi est finalement le seul pouvoir qu'il nous reste.